Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 21:41

Bon ben, voilà, ça y est, nous voilà rentrés avec la sensation de ne pas être vraiment partis, comme si ce voyage n’avait pas vraiment eu lieu.
Départ de Pontacq
Nous essayons de retrouver nos marques et réapprenons des gestes tout simples : comme remplir un chèque, la première fois la caissière a dû croire que je venais de voler le chéquier et que je découvrais les emplacements ; comme faire des courses pour plusieurs jours ; comme cuisiner chaque jour (enfin, autre chose que du riz, des pâtes et des soupes chinoises) ; comme aller acheter des fournitures scolaires et découvrir que l’on peut se faire bousculer pour un paquet de copies doubles (à ce sujet, si quelqu’un sait ce que c’est que des pastels secs et où on peut en trouver ailleurs qu’à 500 km de chez nous, qu’il me fasse signe) ; comme … conduire en attachant toute la petite famille et en respectant scrupuleusement le code de la route (non, Théoxane, même si ta sœur pleure tu ne peux pas la prendre dans les bras) ; comme prendre des rendez-vous pour dans deux semaines (nous vivions au jour le jour, sans voir plus loin que deux ou trois jours) ; comme dire « on est pressé, on est en retard, dépêche-toi » ; comme mettre son réveil tous les matins pour aller au travail ; comme hésiter devant son armoire de vêtements et de chaussures ; …  !

Nous apprécions le confort de notre maison, de notre salle de bain, de nos lits, mais....

Cet article sera le dernier de ce blog. Maintenant nous allons œuvrer pour les prochains voyageurs et essayer de remplir des pages pratiques par pays.
Avant de faire le clap de fin, nous voulons VOUS remercier. Ca va faire un peu discours de remise des Césars, mais c’est pas tout de faire les guignols à l’autre bout du monde, si il n’y a pas des personnes nous aider, pas moyen d’y arriver seuls. On en revient toujours pas de toute l’affection et les encouragements que nous avons reçu, avant de partir, pendant notre voyage et aussi au retour.
IMGP3207
Vous remercier, vous tous qui avez pris le temps de nous lire, que vous nous laissiez ou non des messages. Merci à tous les petits mots d’encouragements et d’amitiés, c’était très important pour nous de vous lire, ça nous a souvent remotivé (merci à Amatxi pour ses incroyables cahiers). Merci à toutes les personnes formidables qui nous ont aidées avant de partir et tout au long de notre route, et qui sont bien souvent venues souvent spontanément vers nous : la société Opinel, Morgane et Christophe, Mag et Gab pour tous leurs cadeaux toujours bien pensés, Pol, les employées de l’office du tourisme de Budapest, le patron de l’Akropolis à Pergame, Kétino, Elbay et ses mousquetaires, Leyla et Shirin, Claude et Oy (un immense merci pour votre aide et votre accueil durant cette période un peu particulière), M. et Mme Choomsak, Juliette et ses  parents, le gynécologue de Karine en Thaïlande, Pauline, Roman , Dimat et Alexandre, la famille de Vladivostok, Nikita et toute la bande d’Olkhon (Ethel, Macha one et Macha two, Kostia, Vicka, Olga, …), Max et Julia, Kleb, Olga, Alla, Goran et JPS (vive la promotion du mini-basket), Ilkka Länkinen… plus tous ceux dont on a oublié les noms mais pas les visages. Certains d’entre vous ont été de véritables anges gardiens pour nous.
DSCF4812
Merci à tous les voyageurs que nous avons croisés avec beaucoup de bonheur : los Fourcados, la famille Blais, Michel, Edward, le chinois renifleur de Patrice, Estelle et Amandine, Philippe, Daniela, Marine, Gaby et Jinger Jordan, Sashiko, Kelly et ses parents, Marc, Crystel et ses parents, Ludo et Caro, Dominique et Jacques, les Bretons de Moscou, Lucille et vraiment, une méga géante Mention spéciale aux « Rigablats » pour nous avoir embarqué avec eux pendant 3 semaines (on a nos verres spécial vodka qui n’attendent plus que vous).
Photo 031
Enfin, un immense merci à notre base arrière en France que l’on a beaucoup beaucoup beaucoup sollicitée (un petit contrôle fiscal pendant que vous êtes pas là, ça vous dit ?) et qui a toujours répondu présente pour venir nous voir, nous ravitailler en cours de route, s’occuper de la maison, de nos voitures, de nos papiers : Granmoun et mamy Fabienne, Poupy et Bilitte, JP et Isa et leur boysband, Jérome et Sophie, Aurélie et Eric, Fabienne et Bruno, Olivier, Marie, mamy Françoise et SURTOUT les Zeuzeu qui ont gérés tous nos papiers, la maison, les colis sans faiblir pendant un an et qui nous parlent toujours (si vous avez un contrôle fiscal, n’hésitez pas, ils sont au point).
IMGP3500
Merci à nos employeurs respectifs qui nous ont permis de partir (bon, pour Karine, ça a pas trop pleuré, c’est toujours un enseignant de moins à payer, mais elle est revenue, gnak, gnak, gnak !) et de revenir aux mêmes postes (pour Karine, ça tient du miracle, merci St Boniface).
Merci aux collègues de Patrice pour avoir assurés.
Merci aux établissements scolaires de nos enfants pour nous avoir conseillés et aidés.
Merci à nos médecins pour leur réactivité et leur diagnostic à distance.
Merci à St Boniface, St Georges, St Christophe, Ste Rita et St Smecta.
Merci à tous les voyageurs qui nous ont conseillés et aidés avant le départ, Stéph, la famille Blais, Claude, toutes les familles dont nous avons consultés les blogs et que nous avons pour certaines interrogées sur les voyages avec des enfants (et un bébé) et tous les adorables forumeurs de Voyage forum (source inépuisable de bons renseignements et d’aide).
Merci au Canada pour avoir produit la série Trauma, merci à TV 5 Monde Asie et à France 24 de nous avoir permis de rester sur terre ;
Merci à celui qui a inventé Internet ;
Merci aux Fourcade pour nous avoir filé le livre le plus drôle que nous ayons tous lu depuis longtemps ;
Merci à la Légion étrangère, aux tortues et aux crocodiles pour nos hymnes ;
Merci au petit moment de déprime qui nous a fait lancer l’idée de ce voyage, merci au grain de folie qui nous la fait rendre réalité, merci au courage de notre troupe qui nous a permis de tenir bon, merci à nos schtroumpfs pour leur force de caractère dans les moments difficiles, nous sommes très fiers d’eux.
Photo 028
Merci à ceux qui ont trouvé drôle, initiatique, (voire courageux, peut-être) de dégrader notre voiture pendant les fêtes de Pontacq. Ils nous ont rappelés à quel point nous ne sommes jamais sentis en danger durant ce voyage, il nous aura fallu être de retour chez nous, dans notre petit village pour nous sentir agressés.
Et un grand merci à Latécoère pour son adage, plus vrai aujourd’hui que jamais : « J’ai refait tous les calculs et les ingénieurs sont formels : notre projet est irréalisable. Il ne nous reste qu’une seule chose à faire….le réaliser ».
Adichat

Coucou tout le monde,

C’est brusque comme retour …, des euros, une langue qu’on connait !!!

Et puis des gens pas très aimables.
Bon, reprenons,

Avant de partir, j’ai pris les parents pour des fous, inconscients et j’avais peur. J’ai été un peu bousculée, j’avais peur mais je me demandais si ça ne valait pas le coup quand les parents nous ont dis que nous irons en voyage. Et puis l’Asie ca n’a pas été la première proposition de voyage !Il y a eu des pays pour le travail, non, puis le tour du monde, pas assez de sous, l’Asie ?!? Parfait.

Et en plus, quand nous avons appris qu’un petit passager clandestin se présentera pendant le voyage, c’est de la folie, avec un bébé en plus ! on cherche une île si ce sont des jumeaux, mais non, une petit fille, toute mignonne, souriante mais criarde.
Le début du voyage est vraiment dur, surprise, joie, émotions, ou mauvaises surprises, mais il y a toujours une solution. Je me suis donc appris à moi-même, qu’il y a toujours une solution à un problème, j’ai des preuves :

En Azerbaidjan, nous prenons un vol pour l’Uzbékistan, pas d’hôtel, on stresse, en plus on arrive vers minuit à Tashkent, et voilà, dans l’aéroport un azeris, nous propose, sans nous connaitre, sans savoir que nous sommes fous, il nous dis de dormir dans son appart pour trois jours, et voilà solution à notre problème !!!
Photo 083 Je me suis aussi rendue compte, que les gens, dans les pays, aiment les enfants, offrent, sourient, rigolent et nous félicitent, et aident, et ca on l’a vu partout mais pas en France. Pas du tout le même rapport vis-à-vis les enfants entre la France et les autres pays.

J’ai préférée la Turquie par rapport à la gentillesse vis à vis des enfants.
Pour la nourriture j’ai préférée la Russie.

Pour la météo, j’ai préférée la Chine.

Pour les souvenirs et les arts, j’ai préférée la Russie,

D’ailleurs j’adore les matriochkas, ces jolies poupées russes.

Pour les amusements et les petits et grands plaisirs, j’ai préférée la Finlande.
J’ai adoré ce voyage, c’est instructif et on apprend beaucoup de choses. J’ai envie de repartir.

Théoxane

Bonjour les grands,
Voilà, c’est fini, nous sommes installés (enfin, ma maison n’est pas finie, finie –à ce sujet, la voiture est bizarre aussi-), j’ai rencontré ma famille, ma nounou, mon docteur.
PC270006J’ai appris à rester sans mes sœurs, mon frère et mon papa, c’est que j’avais tout un staff pour s’occuper de moi pendant le voyage : Lalo s’occupait de mon look, Cyriaque était responsable de mon amusement, Texou faisait des incantations terribles qui m’endormaient tout de suite, maman s’occupait de mon alimentation et mon papa, ben c’est mon héros, on en a passé du temps ensemble, tous les deux à discuter …
Bises à tous, Circé
PS : ça y est, j’ai deux dents !


Repost 0
Published by Les Billauts - dans France
commenter cet article
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 21:26

Bonjour les grands,
Cette fois, c’est moi qui fait l’article. On a quitté Rovaniemi un matin très tôt, les yeux des parents étaient pas bien ouverts. Ils se sont bien ouverts quand la dame de l’avion leur a demandé des sous pour les bagages. Papa était très fâché et a beaucoup crié. Les parents, ils ont dit des choses pas jolies à la dame et pour se venger la dame n’a pas voulu que je garde ma poussette dans l’avion. Il a fallu qu’on aille la chercher aux bagages à Riga et qu’on refasse la queue pour passer la douane. Là c’est maman qui était pas contente, surtout quand la dame de la douane lui a fait boire mon biberon pour voir si ce n’était pas un produit dangereux.
On a repris l’avion et après on est arrivé dans un nouveau pays. Les gens sont un peu bizarres, déjà ils ont pas les yeux bridés, mais moi je sais pourquoi, c’est parce que dans ce pays là, les gens ils sourient pas beaucoup. Ensuite, ils sont pas très sympas avec les bébés, ils m’ont ramené ma poussette 1h après tous les bagages, et elle était toute mouillée car ils l’avaient laissé sous la pluie. Et puis, il pleut tout le temps. Voilà, moi on m’écoute jamais, on serait rentré en Thaïlande, pas de problème de pluie (bon, ok, un peu pendant la mousson, mais à peine, à peine).
Après l’avion, on devait prendre un train. En retard. Il paraît que c’est normal ici, quand le train est pas en retard, les voyageurs sont tous surpris.  On est arrivé dans une grande ville, on a vu et revu plein de gens de ma famille. C’était chouette, même qu’une fois, il a fait soleil pendant deux ou trois heures (bon, après il y eu un orage, un orage de chaleur ils appellent ça ici, sont drôles quand même, on porte des pulls et des chaussettes, et les orages, ils disent que ce sont des orages de chaleur). Un jour, on a pris un train pour aller dans la grande ville. En retard.
Cyriaque a eu très mal aux oreilles, et les parents l’ont amené aux urgences le soir. Ils ont dû faire nos bagages pendant la nuit car on repartait le lendemain, tôt. Le matin, ils avaient les yeux comme à Rovaniemi. On a même failli louper le train, c’est idiot, pour une fois qu’il y en avait un à l’heure !
On est arrivé dans une autre grande ville, c’était génial, il y avait du soleil, mais on n’a pas pu enlever les pulls. A cause du vent. Peut-être que c’est du vent de chaleur, comme les orages ? On a vu des copains, et encore de la famille. Ils sont rigolos mes parents et les sœurs et Cyriaque, à chaque fois, qu’ils retrouvent quelqu’un, ils font des petits sauts sur place en criant, ça doit être une sorte de danse rituelle, ils ont l’air super contents. On a encore pris un train. En retard, très en retard celui-là.
Nous sommes arrivés dans une ville, et on a dû attendre longtemps un autre train. Papa, il arrêtait pas de téléphoner pour dire qu’on serait en retard. Ce dernier train était génial, il s’arrêtait tout le temps et les parents et les enfants trépignaient d’énervement. Après un an de voyage, ils savent toujours pas gérer leur stress : des débutants, je voyage avec des débutants.
On risquait pas de louper l’arrêt, on était prêt 10 mn avant, devant la porte. Il y avait plein de gens sur le quai qui étaient venus nous chercher. Ils ont recommencé leurs petits sauts et leurs cris, je crois même qu’il y a eu quelques yeux un peu rouges, mais bon ça faut pas trop le dire. Maman, elle voulait plus quitter son sac à dos (je crois que ça la rassurait), mes sœurs elles ont disparu avec leurs copains et copines, papa il entendait plus rien quand on lui parlait, Cyriaque faisait des câlins. Ouh, ouh, et moi, vous vous occupez un peu de moi ?
On a fait la fête, et après nous sommes rentrés dans notre maison que j’ai découvert le jour de mes 7 mois. Je sens bien que c’est râpé pour la Thaïlande et qu’il va falloir que j’apprenne à m’habiller.
Bises à tous, Circé

Repost 0
Published by Les Billauts - dans France
commenter cet article
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 21:53

2 mois jour pour jour après notre entrée sud-est sur le sol russe, nous partons pour le quitter par le nord-ouest.
Il y a 2 mois, personne du groupe n’aurait misé un seul kopeck sur ce parcours riche en rencontres et en émotions. C’est donc le cœur gros que notre troupe voit s’approcher la frontière russe. Karine fera une dernière tentative pour esquiver l’inévitable en nous lançant : « Tenez, voilà vos passeports, moi, je reste ! » Jusqu’au bout, le douanier russe, sentant la détresse, essaie de nous faire rire en menant son chien traqueur de drogues vers nos sacs. Imaginez : une sorte de jeune setter qui passe son temps à regarder ailleurs et en tournant partout, mais surtout pas intéressé par nos affaires. La pauvre douanière était blasée d’un tel dilettantisme mais elle a réussi à nous arracher des rires.
DSCF5293
Puis voilà le retour sur le sol européen avec nos premiers pas sur le sol finlandais (je comprends enfin l’émotion qu’ont pu ressentir les 3 premiers américains en posant leurs pieds sur la lune ; nous foulons un sol humainement vierge sous les regards médusés des rennes qui semblent nous dire « bienvenus chez  vous ! ». Oups, je crois que je viens de m’égarer…).
DSCF5296
Bon, pour faire simple, retour en Union européenne donc. Cette frontière semble compter tellement peu de passages qu’un douanier finlandais est ravi de nous ouvrir le guichet spécial ressortissant européen avec en cadeau un joli tampon finlandais rien que pour nous.
Un petit changement de bus à Ivalo et nous revoilà pour la dernière ligne droite vers Rovaniemi.

Nous arrivons à la gare routière (logique) et là, oh, stupeur, nous cherchons, outre notre route, un des 60 000 autochtones que compte ce chef lieu de région. Mais, c’est le désert. C’est un jeu, ils sont cachés, c’est l’anniversaire de qui ? 800 m plus loin, nous sommes rassurés, nous entendons de la musique ; mais, ils n’y sont pas tous pourtant.
IMGP6664                            (rue principale de Rovaniemi, dans la journée)
Pour clôturer  ce périple, nous avons décidé de prendre un bon hôtel avec le prix qui va avec. Ma compta nous dit que nous n’avons plus rien mais pour la première fois de ma vie, je bénie le débit différé car au moment du paiement ma carte dit « paiement accepté » (en anglais, of course !).

Après nos loupés à St-Petersburg, nous décidons de relire les dates de fermetures des différents sites à visiter. Bien nous en prend, le premier planning envisagé avait été rédigé par la « loose travel ». Cette fois, on ne s’est pas laissé berner. 1er jour, visite du Santa Park. On prend donc le bus de la célèbre ligne n°8 (connue mondialement pour conduire au «Pape à Noël », et le reste de l’année aussi) et descendons au village du Père Noël, paré pour finir à pieds les 2 kms qui nous séparent du Santa Park. Rassurez-vous, futurs potentiels visiteurs éventuels, le bus passe aussi sur ce site, mais la loose travel a frappé avec l’horaire qui fallait pas. Nous marchons sur une superbe piste verte dans un joli bois (attaqués cependant par quelques insectes-vampires diurnes, avec au choix le traditionnel moustique qui se révèle d’un banal, car on a aussi le moucheron découpeur de peau et la mouche suceuse de sang) quand arrive le carrefour de la discorde où le Santa Park est indiqué par plusieurs chemins ! Après quelques tours en ronds, on arrête le peu de voitures qui passe et notamment un 4x4 Mercedes dont le chauffeur nous prend en charge (habitué aux grandes familles, car il a aussi engendré 4 schtroumpfs) et nous raconte sur le chemin un peu d’histoire du site. Troublée, au moment de la dépose devant l’entrée, Tex pose la question « Mais, vous travaillez ici ? ». Il travaille tellement ici qu’il nous donne une carte de visite sur laquelle nous lisons qu’il en est le boss…et nous offrira par ailleurs quelques viennoiseries. Le site n’est pas très étendu mais se trouve à l’intérieur d’une petite montagne. Normal, les elfes travaillent cachés. Les enfants et parents passent une excellente journée où je pense nous détenons le record du nombre de circuits parcourus en petit train avec une bonne quinzaine de tours car l’attraction est free of charge et il n’y avait pas grand monde.
Rovaniemi-Finlande 0754Ambiance décontractée, lutins tout sourire et  Papa Noël ultra open notamment aux incessantes visites de Cyriaque qui avait le sourire jusqu’aux oreilles. On a adoré.
Rovaniemi-Finlande 0605
2è jour, nous repartons toujours par la fameuse ligne 8, direction cette fois, le village du Papa Noël. Autant nous avons eu du plaisir la veille, autant nous sommes déçus de ce que nous visitons. Ce village n’est qu’une suite de magasins proposant quasiment les mêmes articles sur le thème de devinez quoi…ben, des articles de Noël, m’enfin ! A faire pour les emplettes de Noël mais, çà fait un peu cher le voyage…
Rovaniemi-Finlande 0837Rovaniemi-Finlande 0782
3è jour, nous décidons de visiter un musée qui sur le descriptif semble attrayant et accessible à pieds. En effet, je précise à la troupe que le musée  Arktikum  n’est qu’à 600 m de l’hôtel et pour une fois, il n’est vraiment qu’à 600 m. Ils ont même trouvé que c’était trop près ! Soupir ! Je suis un incompris.
Rovaniemi-Finlande 0876
Le thème est la vie  et les conditions de vie dans la zone du cercle polaire arctique. Toute la famille trouve son compte dans cette visite car le lieu et les activités ont été bien pensés, si bien pensés qu’une nurserie est à disposition des familles avec le nécessaire pour changer bébé et même un four micro-ondes pour chauffer les repas, et le tout d’une propreté sans conteste. Si cela peut donner des idées dans nos lieux publics français… (Je sais, l’heure est toujours aux restrictions budgétaires, on a eu le temps de s’en rendre compte depuis…). Pour Karine et moi, nous ferons une rencontre inattendue avec notre légendaire Bart the bear mais il ne courra plus après personne ; il est maintenant empaillé.

Arrive l’heure du dernier repas et de la dernière glace. En Finlande, quand vous demandez une glace une boule, on vous sert d’abord une boule, puis on en rajoute encore et encore pour obtenir l’équivalent d’une triple en France mais c’est bien une simple qui coute le prix d’une simple. La soirée s’avance (mais pas la nuit) avec la préparation de sacs et c’est le cœur gros et remplis d’appréhensions et de questionnements que nous entamerons notre dernière nuit qui ne durera par ailleurs que 4 heures pour les plus chanceux.
Rovaniemi-Finlande 0829
IMGP6716La Finlande a  beau être en Europe, ça a été un dépaysement total : rythme calme (quand un magasin ferme à 19h, c’est qu’il fait une nocturne, les voitures freinent plusieurs 10aine de mètres avant les passages piétons, personne dans les rues dans le soir), sourires permanents et accueillants. On paye en euros, ici, mais il nous a semblé que les prix étaient bien moins chers qu’en France. La Finlande a une économie prospère (youp pla boum), un pays où il semble faire bon vivre.  

Bonjour,
On était en Russie, on a pris un minibus pour aller jusque en Finlande, après, on a pris un grand bus qui nous a amené à « Ronaniémir ». On a pris un hôtel qui était super class, on a dormi. Le lendemain matin, on a vu le musée du père noël, on a vu le vrai, de archi vrai de vrai père noël. Je lui ai fait des bisous, il avait une grande barbe de 50 km.
Rovaniemi-Finlande 0604

Le petit train, on a vu la famille grenouille, la famille ours qui dormait, la famille lapin qui jouait, le soleil …

On a vu le garçon dans sa baignoire tout nu !!!! ohh lala !!!

J’ai vu là où les lutins ils fabriquent des jouets, ils faisaient des bêtises et il y avait de la peinture partout.
Rovaniemi-Finlande 0628

Les rennes du père noël étaient énormes … ils étaient gris, il y avait des bébés rennes.

J’ai mangé un sucre d’orge, il était bon.

Cyriaque

Coucou tout le monde,
Le père noël, il est  vraiment sympa, il nous a dit qu’il ne parlait français que à Noël.
Avec Cyriaque nous sommes allés dans le petit train, les lutins faisaient que des bêtises, ils étaient suspendus aux lampadaires, renversaient des gâteaux sur leurs compagnons, il y en a un qui surveillait les enfants, gare à vous !!!!
Rovaniemi-Finlande 0623C’était chouette, ce petit train.
Nous avons vu un spectacle avec des elfes, ils sont rigolos : ils ont des queues d’animaux, et les cheveux tout emmêlés. L’histoire racontait une sorcière qui a transformé une joie fée en un elfe pas beau du tout !!! Mais, avec des elfes, elle a été délivrée de son sort !!!!
Nous avons fabriquée des elfes, une barbe, un chapeau pointu de la peinture et des sapins de noël, nos elfes étaient vraiment beaux !!!
Rovaniemi-Finlande 0600J’ai adoré cette journée au Santa Park, merci au Père Noël !!!
L’hôtel que on avait c’était un trois étoiles qui en méritait bien 4 ou 5 !j’adorais le petit dèj, il y avait du saumon, du pain, des céréales, du fromage, des yaourts …
Rovaniemi, c’est une jolie ville, un peu trop calme peut-être.

Théoxane, bisous à tous et bonnes vacances !!!


Coucou les grands,
J’ai vu le grand barbu. Je lui ai touché deux mots sur mon anniversaire. C’est les sœurs qui m’ont prévenue, vu que je suis née un 23 décembre, je risque de me faire avoir sur les cadeaux, alors j’ai mis les choses au clair avec le barbu. J’aime bien la Finlande, c’est comme la Russie, les glaces shont trop bonnes.
IMGP6713Bisous, Circé



 

Repost 0
Published by Les Billauts - dans Finlande
commenter cet article
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 11:11

Après notre séjour à Petersburg, départ pour Mourmansk, dernière étape russe, dans le grand Nord, à environ 1300 km de Petersburg.
Murmansk-Russie 0420Mourmansk est à 70 km de la mer de Barents et donc de … l’océan glacial Arctique (vous savez comment on fait pour savoir qui de l’Arctique et de l’Antarctique est au nord ou au sud : l’Arctique a moins de lettres, donc il est plus léger, donc il est en haut !) et se situe très au-dessus du cercle polaire arctique.
Murmansk-Russie 0404
C’est la plus grande ville au monde au nord du cercle polaire Arctique. La ville est récente, car elle a été créée au 19e siècle.  Son port abrite la Flotte du nord russe. Il n’est pas directement sur la mer mais au bord d’un fjord, et de fait, est libre de glace toute l’année, ce qui fut d’un intérêt majeur pour les Russes pendant la première et Seconde guerre mondiale.
Murmansk-Russie 0525La ville de Mourmansk se situe dans la péninsule de Kola (à ne pas confondre avec la péninsule Mitre, autre péninsule très célèbre chez certains voyageurs). Encore plus de 30h de train. Je ne sais pas comment on s’est débrouille, surement encore un effet de mon incroyable maîtrise de la langue russe, mais on se retrouve enfin tous ensemble dans le même compartiment (plus un qui se dévoue dans le compartiment d’à côté, c’est Patrice qui s’y colle, mais je vous ai déjà parlé de cet acte majeur sacrificiel qui consiste à dormir tranquillou pépère dans son compartiment, plutôt que de passer la nuit avec sa descendance qui a comme principale caractéristique de ne pas avoir du tout, mais alors pas du tout les mêmes horaires d’endormissement et de réveil. En vérité, il se propose à chaque fois de me laisser la place seule, mais je refuse). En plus, nous avons dû sans le savoir prendre un wagon spécial, car nos lits sont faits, magazines, chaussons, kit de toilette et de cirage des chaussures (« Non, Cyriaque, ça marche pas le cirage sur les sandales de marche »), repas, eau et top du top, providnista souriante. La contrepartie est qu’il y a autant d’ambiance dans le wagon qu’à une conférence sur la dette européenne. Seul point marquant, l’euphorie dans notre compartiment quand nous nous rendons compte que nous avons dépassé le 66e parallèle (le cercle polaire Arctique).
Nous débarquons à 21h à Mourmansk, il fait grand soleil. Nous n’avons pas beaucoup eu d’obscurité dans les jours précédents, nous ne verrons plus la nuit jusqu’à notre retour en France, car en Laponie nous vivons aussi à l’heure du soleil de minuit.
DSCF5183                                                        (vue du port à 2h du matin)

Toujours confiants en notre ange gardien, nous arrivons à Mourmansk sans hôtel réservé. La réalité est que nos recherches sur Internet n’ont rien donné si ce n’est des chambres à 12000 roubles la nuit pour deux personnes (300 €) et que nous n’avions pas envie d’y passer des heures. Installation d’une partie de la troupe dans la gare (sinistre) et départ d’un commando de recherche active d’une chambre d’hôtel. Les premiers essais sont totalement infructueux : hôtels complets, ou chambres entre 300 et 600 € (et ce n’est pas le Ritz). Les réceptionnistes écarquillent les yeux quand Patrice leur demande s’il y a des touristes à Mourmansk (pas sûr qu’ils connaissent même le mot). Les chambres sont toutes utilisées à la semaine ou au mois par des travailleurs ou des hommes d’affaires. Notre commando finit par trouver une chambre pour une personne avec 1 lit double et 1 canapé lit, le reste de la troupe dormira par terre. Ils nous ont fait le même coup à Vladivostok et Ulan-Ude, les suites avec 5 lits étaient prévues pour 3 personnes et celles avec 4 lits et un canapé étaient pour deux personnes !!!
Après une courte nuit sans nuit (difficile de dormir avec la luminosité du soleil, les klaxons des voitures, les sirènes des bateaux et le cri des mouettes à 3h du matin), balade et visite de Mourmansk. Notre première étape est de trouver les billets pour repartir le lendemain en direction de Rovaniemi en Finlande (le temps s’accélère étrangement en ce mois de juillet), puis direction le port. Vu qu’il y a autant de touristes à Mourmansk que de dents dans la bouche de Circé, nous ne passons pas vraiment inaperçu dans cette ville tranquille.
Murmansk-Russie 0426                (les jeunes mariés accrochent un cadenas sur le port, le jour du mariage)

Au port, est amarré le Lénine, brise-glace soviétique nucléaire. Au moment où nous arrivons devant, un groupe passe la passerelle pour le visiter, nous on suit. En fait, il n’est pas visitable ce jour là, mais nous amadouons le responsable avec 3 autres Russes qui tentent leur chance comme nous, et hop, sur le bateau.
Murmansk-Russie 0524Murmansk-Russie 0415Murmansk-Russie 0416
Visite passionnante et géniale, on en revient pas d’avoir visité le Lénine, tout comme l’équipage n’en revient pas de notre présence à Murmansk et nous pose pas mal de questions.
Murmansk-Russie 0432
Ils sont tout contents de nous montrer la dédicace de … Pierre Richard qui a également visité ce bateau. Réaction des enfants : « ben, c’est qui Pierre Richard ?» « snif, snif ! »
Nous avons retrouvé à Murmansk le calme des villes russes, un petit côté désolé en plus.
Voilà, Mourmansk, c’était la fin de notre trajet en Russie, et c’est l’heure du petit bilan sur le pays. Personnellement, je rêvais de visiter la Russie depuis très très longtemps, et je n’ai pas été déçue, et pour le reste de la troupe ça a été aussi une belle étape. Paysages superbes ; population bourrue mais adorable, froide de prime abord mais souvent serviable ; en dehors de toute considération politique (ce n’est pas vraiment le but de ce blog) les Russes affichent une grande liberté individuelle dans leur vie de tous les jours. Nous avons aimé la bière Baltika 3(une des meilleures du voyage), la nourriture russe, l’ambiance des villes, le train, l’immensité de ce pays et cette sensation de puissance qui vous poursuit, la propreté des villes et des métros. On n’a pas aimé les difficultés pour se trouver des billets de train comme on voulait, l’offre hôtelière, chère et rare, et les castes sociales qui se font très nettement sentir.

Coucou tout le monde,
On a eu un train, il donnait des chaussons, des chausse-pieds, des cirages, des brosses à dents, des peignes, des lingettes, des mouchoirs et … des repas gratuits (inclus dans le billet), le plov était très bon.
A Mourmansk, nous avons dépassés le cercle polaire Arctique, ça faisait assez bizarre. Nous avons visité un bateau, un brise-glace nucléaire, il s’appelait Lenin. La visite était intéressante et il y avait beaucoup de choses à faire, on a vu la partie avec l’infirmerie, il y avait le siège pour les dentistes, la table à couper les membres, le secrétariat, le laboratoire … avec les gros tubes nucléaires, la partie où on conduit le bateau, la carte vieille des environs du cercle polaire Arctique …, j’ai bien aimé.
Il fait froid, très froid.
Demain, nous partons pour Rovaniemi en Finlande.

Résumé Russie

J’ai pas aimé :

- les gens qui bousculent

- le froid dans certaines villes

-la misère et la pauvreté partout dans les rues

J’ai aimé :

-les glaces

-les crêpes

-la gentillesse des russes

- les vêtements et les chaussures élégants des femmes

-l’ambiance,

Ma ville préférée c’est Kugir, Olkhon, et après c’est Moscou.

Murmansk-Russie 0459Les russes sont vraiment agréables mais ils nous bousculent beaucoup !!!
C’est un de mes pays préféré, d’ailleurs Moscou est la plus belle grande ville en Russie que j’ai aimée. Bises, Tex


Coucou les grands,
N’importe quoi cette histoire de Cercle polaire, j’ai rien vu du tout. C’est comme le brise-glace, j’ai pas eu le droit d’y monter. Moi, la Russie, j’ai bien aimé, surtout les glaces et ma Kacha du soir. J’ai aimé tous les bras pour me porter à Olkhon. Je n’ai pas aimé quand il faisait froid (je déteste être habillée).
Bises à tous,  Circé

Repost 0
Published by Les Billauts - dans Russie
commenter cet article
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 09:46

Здравствуйте (zdravstouityé),
Nous avons effectué la liaison Moscou-St Petersburg une fois de plus par train, mais cette fois c’est un train ultra moderne : « le Sapsan » qui effectue en 4h un trajet que les autres trains font en 10h. Il y a la wifi gratuite dans tout le train, et notre article sur le départ d’Olkhon a été publié durant ce trajet.
IMGP6508
A Petersburg, nous sommes hébergés chez Kleb (grâce à Couchsurfing), qui nous laisse carrément son appartement en plein centre-ville, et c’est parti pour les visites. Rapidement, nous sommes obligés de baisser le rythme à cause de la cheville de Tex, et on n’a pas fait tout ce qu’on avait envie de voir.
St-Petersburg-Russie 9925
Niveau temps, c’est assez simple on manque l’insolation chaque matin et on risque l’inondation chaque après-midi (mais avec nos parapluies chinois qui se retournent au moindre pet de mouche, on est bien protégé) et la crise cardiaque car il y a des orages violents,
St-Petersburg-Russie 0001St-Petersburg-Russie 9999DSCF5059quant au soir, on évite les moustiques et on espère la nuit pour que les bébêtes (et nos enfants) aillent dormir et qu’un peu de fraîcheur revienne après la pluie de l’après-midi.  L’obscurité n’est réelle que deux ou trois heures par nuit, et encore ce n’est pas la nuit noire.
Quand il pleut, nous voyons fréquemment des habitants se balader pieds nus, Kleb nous explique que c’est pour préserver leurs chaussures qui sont souvent de marque.
St-Petersburg-Russie 9968
St Petersburg est une ville qui a été entièrement créée de toutes pièces à partir de 1703 par Pierre Ier qui venait de récupérer ces territoires à ses ennemis de toujours : les Suédois. Le lieu est entièrement marécageux, des îles entre plusieurs bras de rivières, et les travaux de canalisation, d’assèchement et de construction vont coûter chers en vie. Certaines îles sont encore régulièrement inondées.
St-Petersburg-Russie 0277
La première construction était un petit fort, devenu immense forteresse de pierre, au milieu de laquelle siège la cathédrale St Pierre et St Paul avec son clocher qui culmine à 122 m.
DSCF5130St-Petersburg-Russie 9964
C’est dans cette cathédrale que se trouve le tombeau de Pierre le grand et de (quasiment) tous les Romanov suivants.
St-Petersburg-Russie 0094
A partir de 1712 et jusqu’à la révolution russe, Petersburg était la capitale de la Russie.
Au pied de la forteresse, se trouve ce que les Pétersbourgeois appellent la plage et où effectivement ils viennent bronzer, se baigner et surtout parader.
St-Petersburg-Russie 0061St-Petersburg-Russie 0072St-Petersburg-Russie 0193                                         (le même, 4h plus tard ...)

St Petersburg c’est la Russie de tous les clichés : des femmes superbes aux tenues trèèèèèès légères, des hommes style mafieux qui friment et qui affichent ostensiblement accessoires et vêtements de marque, beaucoup de misère chez les personnes âgées, et l’alcool. Nous savions que les Russes étaient réputés pour avoir un problème d’alcoolisme, mais nous l’avions peu ressenti jusqu’à Perm. A Petersburg, c’est flagrant, hommes et femmes, vieux et jeunes, pauvres et riches, tous se baladent avec des bouteilles de bières ou de vodka à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, et boivent. Nous voulons une fois aller nous poser dans un parc avec des jeux pour enfants, à côté de l’appartement. Nous n’y restons pas, tous les bancs de l’espace de jeux sont occupés par des personnes en train de boire, il n’était que 5h de l’après-midi, et ce n’était absolument pas des SDF.
La ville nous apparaît plus polluée, les bâtiments sont plus délabrés et moins uniformes qu’à Moscou, du coup nous avons préférée Moscou, plus paisible. Il ya du mouvement à St Petersburg qui nous semble plus dynamique que Moscou. Tous les dirigeants ou personnalités politiques importantes russes depuis plusieurs années sont issus de St Petersburg, et effectivement, ça se ressent ici, c’est à Petersburg que ça bouge. Enfin, à la mesure de la « démocratie » russe ….

Après la forteresse St Pierre et St Paul, nous avons exploré le centre ville autour la célèbre perspective Nevski.
IMGP6517Perspective, c’est le nom russe pour boulevard ou avenue, et la perspective Nevski, c’est un peu les Champs-Elysées (en moins guindé). De la perspective, on passe sur de nombreux canaux.
IMGP6525IMGP6538Nous tombons plusieurs fois dans l’immense librairie Singer, Patrice est obligé de nous menacer pour qu’on en sorte, et refuse depuis que l’on s’approche d’une librairie.

Assez surprenante de style, Notre Dame-de-Kazan édifiée en 1800.

Tout au bout de la Perspective, l’Ermitage, le célèbre musée dont nous rêvions depuis longtemps. Mais nous n’en avons admiré que la façade, l’intérieur ce sera pour une autre fois : nous avons voulu ménager la cheville de Tex qui tenait à tout prix à faire l’Ermitage, et à force de reculer le jour, nous avons prévu de le visiter … le jour de fermeture ! Dur, dur, on va être obligé de revenir…
DSCF5033St-Petersburg-Russie 9940
Nous retrouvons Aliocha et sa maman Ludmila, que nous avions rencontrés à Olkhon et nous visitons ensemble l’Eglise du Sauveur-sur-le-sang-versé.
St-Petersburg-Russie 0216
St-Petersburg-Russie 0200La toiture s'inspire de celle de la basilique de Basile-le-Bienheureux, et elle a été construite à l’endroit où en 1881 Alexandre II fut assassiné par un groupuscule terroriste. Il fut un tsar réformateur, abolissant le servage et élaborant un début de constitution, mais il a surtout de fait mécontenté beaucoup de monde : les Conservateurs qui n’appréciaient pas ses réformes et les Réformateurs qui trouvaient qu’il n’allait pas assez loin et assez vite. L’Eglise est connue par avoir nécessité 24 ans de construction et 27 ans de restauration …. Elle est magnifique, à l’intérieur, il a 7000 m² de mosaïques très lumineuses.
St-Petersburg-Russie 0228
Autre superbe découverte, le site de Peterhof qui se trouve à 29km de Petersburg et que l’on rejoint en hydroglisseur en traversant le golfe de Finlande.
IMGP6566C’était au départ, une sorte de maisonnette de vacances de Pierre Ier, et au fil des aménagements c’est devenu « le Versailles russe ».
IMGP6579IMGP6588Nous voulions visiter les différents bâtiments mais c’était… le jour de fermeture hebdomadaire ; sans regret pour autant, nous avons profité du calme et de la beauté des jardins supérieurs et inférieurs où nous avons pris le temps de déambuler (et en fin de journée, de nous faire attaquer par des nuages sporadiques de moustiques). En gros, à St Petersburg, les Billauchons c’est Laloosetravel ! On a fait toute l’Asie et on n’est pas foutu de visiter les plus grands sites de St Petersburg. Pas de regrets cependant, le site de Peterhof est tellement grand, qu’il n’est pas possible avec des enfants de faire les jardins et les bâtiments le même jour.
IMGP6575IMGP6601IMGP6605
Ici, on se gave de blinis. Ce que nous appelons crêpes, les Russes le nomment blini et ce que nous nommons blinis, les Russes le nomment d’une autre façon (mais on ne se rappelle plus comment !). Mais aussi de glaces, les Russes adorent les glaces et il y a des marchands à tous les coins de rue, et elles sont à un prix tout à fait abordable.
до свидания (da zvidanyé).

Bonjour les grands,
J’ai eu un livre à la librairie,  je suis sûre qu’il était dangereux, je lui ai fait le tourniquet de la mort, le jet de bave paralysante et ensuite ni vu, ni connu, je m’en suis débarrassé dans la rue, et bien, les parents m’en ont racheté un autre.
DSCF5063Les moustiques n’arrêtent pas de m’attaquer, je leur ai rien fait moi. C’est bien, Petersburg, je vis en bodies, ça se voit qu’on se rapproche de la Thaïlande. Ils sont gentils en Russie, ils s’arrêtent toujours pour nous laisser traverser et ils disent bravo aux parents d’avoir 4 enfants (beaux, gentils, obéissants, intelligents, polis, ordonnés, tout le temps sages).
St-Petersburg-Russie 9977On a fait attention à l’eau, elle est très dangereuse à St Petersbourg, il ne faut pas du tout la boire, sinon on attrape une maladie qui fait mal au bidou longtemps.
Bises à tous,  Circé

Bonjour,
On a pris un train trop bien, il allait vite. On a vu mon copain de Nitika, au bord du lac, il habite ici à Petersburg. On s’est retrouvé à l’église.
St-Petersburg-Russie 0295On a joué au parc au tourniquet, et au bac à sable. Dans le bac à sable, il y a plein de jeux (seaux, pelles, moules, camions, …) qui sont laissés là tout le temps, et c’est trop bien. On a mangé une glace.
St-Petersburg-Russie 0288On s’est bien amusé, mais il y a un grand qui m’a embêté et papa, il lui a fait peur, la prochaine fois je me défendrai. Je voulais me trempouiller dans la rivière, maman elle veut pas, elle dit que c’est pas propre mais les autres gens ils y vont eux, c’est pas juste. Il fait trop chaud.
DSCF5056Je veux jamais aller me coucher, il fait pas nuit.
Bises,  Cyriaque

Coucou,

On a pris un train comme en France, de luxe pour 4 heures, le train allait à 200 km/heure, le train c’était un TGVR, Train à Grande Vitesse Russe. De dehors, le train était beau. Il avait un bec pointu au devant.
IMGP6509

On dort dans un appart grand, je dors par terre.

On a vu la rue Nevski Prospect, rue commerçante et animée, on a acheté des matriochkas et des souvenirs, vu le prix papa a fait la moue. J’ai une jolie Matriochka bleue, bien décorée et la dernière poupée est minuscule, 1mm.

On a vu la façade de l’Ermitage, elle est bleue et blanche, c’est beau.
St-Petersburg-Russie 9936

On a aussi vu la cathédrale ST-PIERRE et ST-PAUL, elle est belle et dessus il y a une grande pointe doré avec un ange et une croix au bout. De là-haut, le monsieur il a sonnée  les cloches, un joli chant.
St-Petersburg-Russie 0133

On a vu des canons, ils étaient verts et gros.
St-Petersburg-Russie 0127

Nous, on a vu la Néva, le fleuve où les gens se baignent et il y a des courses de bateaux trop rigolos, ils volent avec la vitesse et ils sont pointus, on les conduits avec un volant de course.
St-Petersburg-Russie 0053

On a mangé des crêpes avec du fromage ou du jambon, c’est cropp bon … 

Circé sait se retourner toute seule et se remettre sur le dos, elle est rigolote, ce matin, elle a fait des bisous baveux à maman, c’était marrant.

Il y a eu la pluie et l’orage quand on allait partir, le ciel était noir.

St-Petersbourg, c’est pas ma ville préférée mais il y a beaucoup de choses à voir.

Bisous à tous, Tex

Repost 0
Published by Les Billauts - dans Russie
commenter cet article
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 19:51

Здравствуйте (zdravstouityé)
Nous arrivons à Moscou sous une chaleur étouffante. Si jusqu’à présent nous avons trouvé les villes russes calmes et peu oppressantes, nous savons au moment où nous descendons du train pourquoi : les 140 millions de Russes sont tous sur notre quai. Toujours autant de monde dans la gare et dans le métro. Il y a 10 millions d’habitants à Moscou et le métro transporte chaque jour 9 millions de passagers, plus que les métros de New York et Londres réunis. Halls immenses, couloirs décorés, quais magnifiques, escalators interminables et des flots de personnes qui nous arrivent dessus. La première fois, nous restons saisis, sur place, du style « on fait quoi, là, il faut vraiment y aller ? ».
Sortis du métro, Moscou ressemble aux autres villes russes que nous avons traversées, elle nous apparaît paisible et très différente de l’image que nous nous en étions fait. Dans le centre ville, les bâtiments sont beaux, style 1900 pour beaucoup, les façades sont entretenues et refaites récemment pour nombre d’entre elles. En bref, nous arrivons dans une ville où visiblement, il y a de l’argent, beaucoup d’argent et où il est de bon ton de l’afficher tant dans les voitures que les vêtements.
Moscou-Russie 9800Le pendant de cette vie dorée est la misère que nous croisons à tous les coins de rue. Les Russes donnent facilement aux mendiants, souvent ils laissent tomber des piécettes sur les trottoirs et les ramassent qui veut. Cyriaque et Tex en font leur activité favorite, ils ramassent toutes les pièces et les redistribuent.
Après avoir logé dans une ancienne synagogue à Harbin, nous tentons l’annexe d’une basilique. Un hôtel super sympa et pourtant un des moins cher de Moscou. Grâce à l’erreur de la réception qui fait du surbooking, au lieu de 6 lits dans un dortoir, nous gagnons pour le même prix deux belles chambres doubles. Et c’est une bonne chose car outre le doigt d’Aliénor (et Aliénor elle-même) à soigner, nous avons aussi en magasin une belle entorse à la cheville et une grippe intestinale durant notre séjour à Moscou.
Moscou-Russie 9750Après avoir traîné nos guêtres (et nos enfants) au hasard des rues, nous nous concentrons sur la Place rouge et le Kremlin, un jour sous un soleil de plomb, le lendemain sous des trombes d’eau. Nous vivons la saisissante expérience de voir le même jour Lénine mort puis vivant (bon, ok, c’était pas vraiment lui, mais on a vu aussi Trotski et Nicolas II). Mort, c’est assez dingue à faire si on arrive à faire abstraction des soldats aux mimiques quasi burlesques à chaque angle de couloir. Quand un militaire vous indique d’un air martial la direction à prendre en sachant que vous êtes dans un couloir et qu’il n’y a pas d’autres possibilités et que la scène se répète plusieurs fois, vous arrivez devant Lénine en vous mordant les lèvres pour ne pas éclater de rire. Longtemps, les techniques de conservation du corps ont été secret d’Etat, et c’est le même laboratoire qui s’est occupé d’Ho-Chi-Minh.
Moscou-Russie 9832
A l’origine Staline était enterré avec Lénine, mais Vladimir Ilitch trouvant la chose fort désagréable serait apparu en songe à une moscovite pour demander à ce que l’on déménage le petit père des peuples, ce qui fut fait rapidement. Staline et d’autres grands noms de la Russie et de l’URSS sont sagement alignés derrière le mausolée de Lénine.
La Place rouge est très différente de l’image que nous en avions, elle n’est pas très grande et très aérée car bordée de peu de bâtiments. Elle ne doit pas son nom au communisme mais à la couleur des remparts du Kremlin et du musée d’histoire. La première chose que l’on aperçoit, ce sont les dômes version conte de fée de la basilique de Basile le bienheureux. Ca a beau être kitsh, on ne s’en lasse pas.
Moscou-Russie 9804On ne se lasse pas non plus d’observer les touristes posant pour les photos souvenirs, on adore (et on ne fait pas mieux).
Moscou-Russie 9852Bien sûr, on passe par le GUM (prononcez GOUM, le son –u- n’existe pas en russe, ce qui nous a donné des fous rires mémorables à Olkhon, quand on essayait de leur faire dire « truffade »). Le GUM s’est le symbole de la pénurie et des files d’attente pendant la période soviétique, des sortes de halles immenses chargées de ravitailler Moscou. Ces halles ont été rénovées et sont devenues l’équivalent de l’avenue Montaigne à Paris. C’est drôle de penser qu’il y a quelques années nous aurions été les rois du pétrole à GUM et qu’aujourd’hui, nous avons même hésité à nous en approcher de peur de se faire jeter dehors par les vigiles. Un peu de lèche-vitrine devant les grands noms du luxe, plus de vigiles que de clients dans les magasins. La seule chose que nous nous payons à GUM c’est une barbe-à-papa.
Moscou-Russie 9901Une partie de la Place rouge est bordée par le Kremlin, il ya des Kremlins dans beaucoup de villes russes, c’est le nom des villes fortifiées. Peu de symboles politiques ici contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas au Kremlin que l’on retrouve l’URSS, beaucoup d’églises et de palais de l’époque impériale. Nous adorons le Palais des Armoiries, sorte de joyeux vide-grenier doré impérial : bijoux, vaisselles, objets religieux, icônes, reliquaires, armes, vêtements … c’est à celui qui aura le plus d’or, de platine, d’argent ou le plus de pierres précieuses. Les photos étant interdites, on vous laisse imaginer et inventer.
Nous avons beaucoup aimé Moscou, enfin bien sûr, son centre ville touristique. C’est une ville calme, nous retrouvons la douceur de vivre qu’aiment cultiver les Russes : grande liberté vestimentaire surtout pour les femmes qui peuvent oser se faire plaisir, glaces, parc, cafés, les Russes aiment prendre du bon temps et nous, nous sommes toujours sous le charme.
IMGP6428Le soir de notre arrivée, affamés après 5 jours de train et de plats lyophilisés, nous cédons aux enfants et allons chez Mc Do. Nous commandons des graaands menus, sans savoir ce qui nous attend ! Ici, le menu normal fait la taille du maxi chez nous, et donc le maxi ici, c’est 80 cl de boisson, des paquets de frites énormes, deux hamburgers dans le Happy meal, des boîtes de 20 nuggets... Nous n’avons même pas réussi à tout finir !
IMGP6416IMGP6424
до свидания (da zvidanyé)

Coucou les grands,
Il fait tellement chaud, je me demande si Moscou c’est pas un peu en Thaïlande. J’ai gouté un truc trop bon, Cyriaque dit que ça s’appelle de la glace au coton, les sœurs m’ont dit que c’était de la barbe-à-mon-papa, mais ça je sais que c’est pas vrai (j’ai essayé de tirer sur la barbe de papa, ça se détache pas).
DSCF4991Bises, Circé


Bonjour à tous,
J’ai été surprise par Moscou, je croyais que ça serait une ville avec plein de bâtiments modernes, en fait, cette ville a conservé presque que des bâtiments de style ancien, et c’est ça qui est beau à Moscou.
Moscou-Russie 9910
Nous avons vu la Place Rouge, c’est une place où tout autour il y a des bâtiments rouges, autour, il y a le Kremlin, le mausolée de Lénine, la Basilique de Basile-Le-Bienheureux, le musée d’histoire, les galeries pour les riches avec Dior, Dolce & Gabanna, Mont Blanc, Louis Vuitton … et pleins d’autres bâtiments très jolis.  
Moscou-Russie 9900Nous avons commencé par le mausolée de Lénine, c’est stressant, la visite est rapide, plus que jamais. Lénine est petit et on dirait qu’il est en plastique, il est dans un cercueil de verre. De dehors le mausolée est très beau. Derrière, il y a une allée pour les généraux russes enterrés, on a vu Staline.
La basilique de Basile-Le-Bienheureux est très belle de l’extérieur, on dirait un gros gâteau avec plein de meringues de toutes les couleurs, bleu, jaune, vert, blanc …
Le Kremlin, on a fait le Palais des Armures, j’ai adoré, nous avons vu les différentes orfèvreries de Russie, des évangéliaires en or, avec des pierres précieuses, rubis, saphir, diamants, émeraude et des pierres rares. On a vu la vaisselle, Française, Russe, Anglaise. Nous avons vu les armures des chevaliers en Russie, les épées, les fusils, certains décorées en marqueterie, très beau. On a vu les différents trônes des rois, Ivan le Terrible … il y en avait un en bois recouvert d’ivoire sculptée, certains en or … aussi des couronnes. A la fin, nous avons vu les carrosses qui transportaient les reines et les rois et aussi des carrioles pour les enfants tirées par des poneys. Certains carrosses sont vieux, d’autres sont modernes et bien décorés. La partie que j’ai préférée c’est celle des évangéliaires et de la vaisselle.
Avec Cyriaque, je suis allée voir une cathédrale à coté de notre hôtel, elle est magnifique, la dame nous a donnée des bonbons.
IMGP6437A Macdonald, je me suis fait mal a la cheville, depuis je me traine avec ma bande. On ne rentrera pas en France à cause de ça, c’est moi qui vous le dis !!!!!
Bisous à tous, Tex

Repost 0
Published by Les Billauts - dans Russie
commenter cet article
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 17:47

Il a bien fallu nous résoudre à envisager une date pour notre départ d’Olkhon.  Mais avant, nous avions à fêter l’anniversaire de Cyriaque (6 ans) et le moisiversaire de Circé (6 mois), le même jour. Ce fut encore une belle journée d’anniversaire.
IMGP6401Nous avons également été nous tremper les pieds une dernière fois dans le Baïkal. Patrice et Tex ont réussi à rentrer  entièrement et à nager dans une eau à 4°, vu la sensation de froid, c’est carrément de la bravoure.
DSCF4769 C’est le cœur lourd, que les deux derniers jours de notre séjour à Olkhon ont été consacrés aux "au revoir " et aux « promis, on reviendra ». Les filles nous ont même menacés de ne pas faire leurs sacs. Pour la première fois depuis le début du voyage, Cyriaque ne voulait plus rentrer en France, il voulait rester ici. Dorénavant, il allait falloir que nous survivions sans les merveilleux moelleux au chocolat d’Ethel, sans les pancakes à volonté de nos deux Machas, sans les liaisons internet volages de Kostia, sans les « il n’y a pas de problème » de Nikita, sans les fleurs de Vika, sans les «j’ai la pomme de terre » d’Olga, sans les sourires des uns et des autres.
Ile-d-Olkhon-2e-partie-Russie 9558Nous avons dû décrocher Aliénor de son cher Baïkal, derniers coups d’œil à notre bistro et on a embarqué dans un minibus pour un retour sur la terre ferme.
DSCF4812Autant vous dire que l’ambiance était morose durant le trajet pour Irkurtsk, que nous avons  quand même retrouvée avec plaisir. Ce retour à la civilisation fut déroutant après le calme de Kujir. Nous nous sommes réinstallés dans la pension de Max et Julia, tout incrédule de nous voir enfin réapparaitre.  Apparemment, ils avaient régulièrement de nos nouvelles par les différents voyageurs qui leurs parlaient de cette famille française qui « tenait un bistro » à Olkhon. Nous ne sommes restés que deux jours à Irkurtsk avant de reprendre le transsibérien pour un marathon de 5 jours jusqu'à  Moscou avec une étape à Perm.
Nous sommes répartis dans deux compartiments : Tex, Circé et moi dans un petit compartiment de deux couchettes, le reste de la troupe dans un compartiment normal, à l’autre bout du wagon.  Cette portion entre Irkurtsk nous paraît moins belle que les autres mais nous ne sommes peut être pas très objectifs. En plus, Aliénor se fait voler son petit porte monnaie qui contenait tous les pourboires qu’elle avait gagnés au Bistro à Olkhon. Puis, elle se brûle très sérieusement le pouce avec le samovar du train (pas d’inquiétude pour le moment, ça guérit bien).
Nous quittons la Sibérie pour entrer dans la région de l’Oural, et au point kilométrique 1777, nous passons devant une borne blanche qui marque la frontière géographique entre l’Europe et l’Asie. Cela achève de nous sonner, nous revoilà en Europe que nous avions quittée il y a plusieurs mois en quittant Istanbul. Nous devons faire un arrêt à Perm, pour aller visiter le GOULAG Perm-36 ce qui nous donne encore de grands moments sur l’heure qu’il est. Moi, je fonctionne à l’heure de Moscou depuis un moment, Patrice adopte dès le départ d’Irkurtsk l’heure de Perm (+ 2 par rapport a Moscou, - 3 heures par rapport à Irkurtsk), Aliénor garde l’heure d’Irkurtsk car ça la stresse moins que nous arrivions à Perm à 7h43 plutôt qu’à  2h43 du matin, heure de Moscou (vous avez suivis ????). Quand à Théoxane et Cyriaque, ils se contentent de demander à manger toutes les heures. Nous nous posons sur des bancs dans la gare de Perm avec tout nos bagages et attendons looooongtemps le minibus qui doit nous amener à Perm 36, d’autant plus longtemps qu’ils nous ont oubliés !
Perm 36 se situe à environ 2 heures de route de Perm dans les montagnes, dans une région de lacs et de rivières, belle et reposante. On a du mal à rentrer dans l’horreur du camp, car notre visite fait balade champêtre. Ce camp a fonctionné de 1946 à 1987, c’est un des derniers à avoir fermé et durant ses 15 dernières années de fonctionnement, il était clandestin et officiellement fermé. La visite est vraiment passionnante et c’est un site à voir.
Transsiberien-3-Irkoutsk-Moscou---Russie 9654

En fin d’après-midi, nous nous entassons à nouveau dans la gare de Perm, en attendant de reprendre un train en direction de Moscou. Un train moderne comme nous n’en avions encore jamais eu. Nous somme répartis dans 3 compartiments, ce qui ne facilite vraiment pas la vie quotidienne. Nous n’avons réussir qu’à obtenir que des places en hauteur, ce qui n’est vraiment pas pratique avec Circé, mais comme notre petit ange gardien veille toujours sur nous, dans la matinée nous avons récupéré, au grès des départs, un compartiment rien que pour nous. Le paysage nous enchante à nouveau en s’approchant de Moscou, nous longeons de grandes forêts de bouleau, arbre tellement caractéristique de la Russie qu’il a été élu « arbre préféré » de notre troupe. Nous retrouvons également les fortes chaleurs que nous avions à Irkurtsk.

PS : on a refait le plein de boulettes à aller déguster dans la page boulettes (logique !) ;
- Pour les photos, vous les avez dans «Ile d’Olkhon 2e partie » et dans «Transsibérien 3 Irkoutsk-Moscou » ;
- C’est pas l’article le plus gai que l’on ait fait, mais on va pas vous faire rire alors qu’on a pas le moral, non mais !

Coucou,
Avant de partir nous avons fêté le birthday de Cyriaque, il a eu des chocos, du moelleux ….
DSCF4750Aussi nous avons fait une balade en bateau avec Piotr,  et moi, j’ai conduit, on a vu des phoques et des îles, après on a bu le thé dans la maison-bateau de Piotr.
Ile-d-Olkhon-2e-partie-Russie 9542Moi, après ça, j’ai décidé de faire le tour du Baïkal et plus tard je vais vivre une partie de l’année sur le Baïkal et le reste de l’année sur l’île. Un soir, le plus grand pianiste du monde (ndlr : peut-être pas le plus grand, mais en tout cas un célèbre pianiste russe) est venue jouer chez Nikita, il était foooooort , la façon dont il jouait, était très belle mais bizarre. Après le concert, il est venu au Bistro et on a pu discuter avec lui, car en plus il parle français.
Avec papa, je me suis baignée dans le Baïkal, l’eau elle était frooiooooooide, je vous laisse imaginer la couleur de votre corps après …
C’était trop triste de partir d’Olkhon, tellement que nous en étions à se distribuer des pancakes. On a pleuré et échangé les derniers au revoir, les plus tristes. J’ai fait un dernier tourniquet avec Macha 1 et 2, un dernier bisou et un dernier merci à tous les autres et beaucoup de câlins. Enfin, nous avons contemplé les derniers paysages avant de traverser en bateau un bout du Baïkal.
Le retour à la civilisation fait un choc dur, mais nous étions contents de pouvoir retrouver Max et Julia de l’auberge d’Irkurtsk. Nous nous étions contents de manger des spaghettis des salades et de la viande tout le temps.
Nous avons fait PERM 36, un goulag, j’ai pas super aimé la visite, on a vu les dortoirs en bois avec des planches, 2 toilettes pour 200 personnes …
Les prisonniers ne pouvaient pas s’échapper car il y avait au moins 5 murs à passer avec des barbelés, des gardes ou des chiens méchants et des murs hauts.
Bises à tous, Tex

Bonjour,
Nitika m’a offert un beau cadeau, on a été dans le bateau de Piotr.
DSCF4699J’ai conduit le bateau, c’était que moi qui avais le volant. On a vu des poissons. J’ai eu 6 ans, je suis grand, je suis content.
Le monsieur du piano il faisait trop vite, en rentrant en France je vais faire du piano.
Moi je voulais rester chez Nitika, j’étais triste car moi j’aimais beaucoup y être, et je voulais rester avec Vika.
Cyriaque


Bonjour les grands,
Moi, j’ai eu 6 mois, je suis trop grande, et j’ai eu un chouette cadeau qui fait beaucoup de bruit pour énerver les parents.
DSCF4788Ils m’ont même pas laissée conduire le bateau, ni laissée chanter quand le monsieur jouait du piano : mon expression est muselée.
Ya un truc que je comprends pas, quand on est parti d’Olkhon, les autres, ils m’ont dit que c’était pour rentrer à la maison, mais on va pas du tout, du tout, en direction de la Thaïlande là !
Bises collantes, Circé

Repost 0
Published by Les Billauts - dans Russie
commenter cet article
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 15:55

ЗДРАВСТВУЙТЕ ,
Nous avons donc cédé aux supplications des enfants et repoussés toutes nos réservations pour prolonger notre séjour sur Olkhon, de 3 jours. 2/3 jours avant notre départ, bis répétita, œil de cocker, larmouses, gros soupirs, les enfants nous la rejouent « on veut pas partir, on est trop bien ici ».
IMGP6282Nous avons un budget par jour, nous sommes chez Nikita en pension complète (c’est quasiment forcé vu les infrastructures sur l’île) et nous expliquons à notre progéniture que le coût de notre séjour ici est supérieur à notre budget journalier et que chaque jour passé dans la pension grève notre budget qui commence déjà à montrer des signes de faiblesse (logique, nous sommes quand même dans les dernières semaines de notre année). Mine désespérée des filles, mais on n’y peut rien, Calculator le Terrible veille ! En fait, elles n’arrivent pas à s’y résoudre et ça conspire sec. Elles finissent par proposer à Nikita une baisse du prix de notre pension en échange d’aide dans la pension. Nous, on n’y croit pas trop, mais on les laisse faire et nous sommes les premiers surpris quand Nikita accepte ! Et c’est reparti pour 10 jours de plus et une nouvelle série de mails pour repousser une nouvelle fois nos réservations. Il nous demande d’aider à la réouverture du bistro français, un salon de thé installé dans la pension et qui avait fermé depuis plusieurs mois faute de French Touch !
IMGP6271Nous nous attelons donc à la tâche avec Ethel, jeune française apprenant le russe, qui après avoir réussi sa première année de médecine et avant le marathon des études qui l’attend s’est octroyée quelques mois cet hiver et cet été sur l’île d’Olkhon. Elle a ici le statut de volontaire, c’est-à-dire qu’elle est nourrie, logée en échange de son aide apporté dans la pension. La pension de Nikita est assez importante (elle peut recevoir jusqu’à 300 personnes) et côté personnel, c’est l’auberge espagnole. Un vrai condensé de l’ancienne Union soviétique : Ukrainien, Ouzbèkes, Tadjiks, …et même un Cubain !  Plus quelques Européens.
IMGP6258
Notre présence ici semble tellement évidente que Nikita nous propose de rester tout l’été voire même de nous installer sur Olkhon, si on veut. C’est pas l’envie qui nous manque et pour une fois nous serions tous d’accord !
DSCF4609Pas d’angoisse (si tant est que cela vous ait angoissé), nous avons refusé l’installation à long terme mais nous avons décidé de rester encore plus que prévu et nous sommes encore sur l’île. Nous avons maintenant le statut de volontaires, nous sommes logés, nourris (et vu les vêtements des enfants le soir, nous aimerions être nourris, logés, et … blanchis) et en échange, nous travaillons par roulement quelques heures par jour au Bistrot français. Le reste du temps, c’est école et temps qui passe avec coucher de soleil sur le Baïkal. La date de notre départ se rapproche à nouveau et les enfants ont ressorti le grand jeu mais là vraiment, notre plus grande richesse durant ce voyage s’épuise : le temps et il nous faudra redémarrer.
DSCF4547Au bistro, nous avons commencé par tenter d’organiser les locaux, décoration, réinstallation de la cuisine : j’ai encore l’impression d’être dans La petite maison dans la prairie et de travailler dans la cuisine de Laura Ingalls. Nous partageons les lieux avec Valia, une merveilleuse cuisinière mais forte en caractère. Nous cuisinons des spécialités françaises dans une cuisine qui pousserait au suicide un inspecteur des services vétérinaires français, avec un four de dinette, nous chantons Joe Dassin à tue-tête.
DSCF4571DSCF4574

Nous croisons Tex et Cyriaque au repas, Cyriaque se fait nourrir en douce aux cuisines et Tex arrive même à discuter en russe avec ses copines. Et tous les jours, Nikita ou un autre des employés de la pension nous demande pourquoi nous ne voulons pas nous installer ici, et tous les jours les enfants nous demandent pourquoi nous ne voulons pas nous installer ici, et tous les jours nous nous demandons pourquoi nous ne nous installerions pas ici.
DSCF4524 La vie sur l’île n’est pas forcément très facile, il y a quelques supérettes dans lesquelles on trouve l’essentiel (en tout cas, notre essentiel à nous). L’eau courante ne l’est que dans quelques points de la pension, les infrastructures ne sont qu’une évocation, mais ça fonctionne, à tel point que même mon bétonneur (ou bitumeur préféré) trouve qu’il serait inutile de faire de nouvelles routes ici et que les pistes sont suffisantes.
IMGP6296                                   (la rue principale)
Le Baïkal est très propre et n’est pas (trop) pollué, mais par contre sur terre, tout n’est pas idyllique. Il y a un gros problème de gestion des déchets ici, les habitants tentent de trier et luttent contre la pollution, mais rien n’est prévu pour le ramassage des ordures par exemple. Olkhon est dans la circonscription d’Irkoutsk à 6h de route ! Il nous aura bien souvent semblé que l’immensité de ce pays le rend ingérable.
Quant à nous, nous allons donc tenter de faire nos sacs dans quelques jours pour repartir.
до свидания

PS : l'album Olkhon a été complété avec de nouvelles photos
Et pour ceux qui nous l'on demandé, les photos du lapin jaune offert par une douanière russe à Circé :
IMGP6248IMGP6249 

(ouh, qu'il est zoli)

Coucou,
Les parents ont cédé à nos caprices et nous sommes restés plus longtemps, en fait nous resterons 1 mois au total, c’est trop cool. Mais quand il faut se dire que chaque jour nous partirons dans tant de jours, tu pleures, tu pleures et tu pleures.
Bon, j’ai plein d’amies russes, je parle un peu avec elles, elles sont vraiment sympa, le Bistro il est cool. Circé a eu une nouvelle poussette, elle est bleue. Nikita nous a dit beaucoup beaucoup de fois de rester ici pour toute la vie, mais …….. C’est pas possible (de la part des parents), nous on dit que c’est possible.
On est bientôt emmêlés avec les prénoms comme : Macha 1 et Macha 2,  Nastia et Nastia car les Russes ont toujours les mêmes surnoms. Le Baïkal, il est trop beau, ce matin, il y avait la brume et on voyait rien, cet après-midi, j’avais un cheval isabelle, grand, que pour moi, c’était trop cool.  Ce soir je suis allé me tremper les pieds, c’était FROID.
Les acrobaties avec Vika, c’est supeeer cool, j’apprends plein de choses, le piquet, la roue, du trampoline … le pont aussi. Les petit déjeuners, c’est des pancakes, et de la Kacha, c’est une bouillie avec du riz, du maïs ou du blé. Le midi, c’est de la soupe. Le soir, il y a toujours des desserts. On vit dans une chambre de 5 lits, une salle de bains, un mini salon et belle vue sur le Lac. Bises baikaleuses. Tex


Bonjour les grands,
Quand je vous disait que le Baïkal c’était pas bien……… je me suis enrhumée, sinon je commence à apprécier la Russie, à Olkhon il y a toujours quelqu’un pour m’amuser. J’ai toujours mal aux dents. Tout à l’heure j’ai eu très peur, ma poussette elle s’est encore cassée mais cette fois, j’étais dedans, au village ils vont essayer de la réparer, mais  Nikita il nous en a donnée une autre, toute bleue. Elle est trop bien, c’est une grande pour les « grands » de 6 mois !
J’ai eu mes premiers bibous de Kacha, c’est crooop bon (je préfère quand même les tétous de maman) !!!!
Ile-d-Olkhon-Russie 9532Bisous tout mouillées, Circé


La journée je m’amuse avec Théoxane et aussi Nastia (elle est belle, je l’aime beaucoup). On fait des jeux. Avec Nastia, on mange ensemble dans la même assiette.
IMGP6259Avec Vicka, je fais le jardin, j’aide à donner les fils pour que les racines elles tiennent. Je préfère jouer là où il y a la grande place pour les enfants. Il y a des chatons, il y en a un qui est tout mignon, je lui fais des câlins. Ce que je préfère manger, c’est la purée avec les pates et le poulet. Aujourd’hui, moi j’ai pas fait école, sinon c’est papa ou maman ou Aliénor qui me font l’école. Aussi, il y a Ethel qui m’a fait l’école. Ce que je préfère c’est le fichier de maths. Je sais lire quand il ya des sons que je connais : le, ma, mi, mo, lu, so, os et pleins d’autres. Je sais lire « Oscar » et « Tante Amélie fait de la magie » dans mon livre. Le Bistro c’est bien, j’aime beaucoup les gâteaux de maman et surtout les chocolatines.
DSCF4599On rencontre plein de Français. Nikita, il est un peu vieux, c’est un champion de ping-pong, il a joué avec papa et papa, il a perdu.
IMGP6278Le Baïkal c’est très joli, ça m’a fait un souvenir de France. Ici, je connais tout le monde, il y a pleins de chemins secrets que je connais. Cyriaque

 

 

 

Repost 0
Published by Les Billauts - dans Russie
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 04:49

Здравствуйте (zdravstouityé),

Nous voilà donc parti pour l’île d’Olkhon qui se trouve à l’ouest du lac Baïkal. 7 h de route pour 300 km depuis Irkoutsk dans un minibus qui semble (paraître, avoir l’air de, .. ne jamais se fier aux apparences) plutôt confortable. IMGP6097Nous attendons plus d’une heure à la gare routière que le bus soit rempli pour partir. Nous avons au choix, un touriste anglais, 3 jeunes femmes et tous leurs paquets et 5 hommes ayant tous comme point commun d’être alcoolisé dés 9 du matin ou d’avoir pris de quoi l’être d’ici ou une heure ou deux. Leur conversation devient aussi vite hasardeuse que la fixité de leur tête, et ils finissent par s’endormir sur les épaules de leur voisin. Les Russes ne comptent pas comme nous, chez eux 1 = 2, c’est-à-dire qu’un passager qui descend est remplacé par deux passagers qui montent, rapidement l’air est compté dans le bus (ajoutez à cela les relents d’alcools des joyeux drilles qui ronflent tout ce qu’ils savent).
DSCF4218Après avoir circulé sur une belle route au milieu des montagnes et de la forêt, nous roulons sur une piste au milieu d’un paysage lunaire désertique. Juste quelques villages isolés.
DSCF4249Au dernier village avant de  prendre le ferry (attention, pas d’emportement, ce n’est pas Corsica ferry, c’est plutôt une barge motorisée) pour l’île d’Olkhon, nous chargeons encore quelques passagers, des habitants de l’île venus faire leur course sur le continent. Quand je vois la taille du village où ils sont venus faire leur course, je flippe un peu en me demandant où on va tomber. Arrivés sur l’île, nous roulons encore une heure sur de la piste avant de voir les premiers hameaux. L’île d’Olkhon est la plus grande des îles du Baïkal, elle est toute en longueur (elle a curieusement quasiment la même forme que le lac en réduction), 72 km de long avec côté Ouest plage, falaises et steppe et côté Est la forêt. Nous arrivons à Khoujir, la « capitale » (1500 hab.) de l’île.
Ile-d-Olkhon-Russie 9124Khoujir, c’est du sable, du sable et du sable sur lequel sont construites des maisonnettes en bois selon un plan quadrillé. En gros c’est La petite maison dans la prairie version « peuple des dunes » (celle-là c’est pour JPaul !). ici, tout est fait de bric et de broc, et le village loin d’être à l’abandon a pourtant un aspect désolé qui nous effraye au premier abord, comme en plus il ne fait pas beau et que nous avons réservé l’hébergement et déjà le retour, nous nous savons « coincés » sur l’île sans trop savoir ce que nous allons trouver. La pension de Nikita où nous nous installons est la plus importante de l’île et très connue dans la région, elle est à l’image du village, construite au fur et à mesure, elle a un côté un peu désordonnée. Nikita est un ancien champion russe de ping-pong, venu passer quelques jours de vacances sur l’île avec sa femme et ses enfants et qui n’en est jamais reparti. Il agrandit la pension au fur et à mesure et surtout essaye d’organiser un peu le tourisme sur l’île en aidant les habitants à louer quelques chambres. Il fait beaucoup pour la formation et la culture des enfants de l’île. Nous découvrons sa pension avec un temps maussade (une des rares fois de notre séjour ici). Nous avons une chambre dont la fenêtre donne sur le lac et les montagnes de la côte, cette fenêtre devient rapidement le poste d’observation d’Aliénor qui y passe des heures à observer le lac et le ciel.
Ile-d-Olkhon-Russie 9332Cyriaque et Tex trouvent rapidement leur marque : salle de jeux, salle de sports, camarades, …
IMGP6130Et puis surtout, nous découvrons le Baïkal par nous même et nous retrouvons la même émotion que lorsque nous l’avions aperçu dans le train.
DSCF4339Les lumières, les couleurs sont constamment différentes, ce lac est un enchantement.
Ile-d-Olkhon-Russie 9049L’île d’Olkhon est réputé pour être un des 5 centres sacrés du chamanisme et sans vouloir tomber dans le lyrisme, il est facile de comprendre pourquoi.
DSCF4349Il se dégage ici un mélange de paix et d’énergie. Finalement, les petites maisons de Khoujir construites sur du sable qui semblent si fragiles et éphémères ne sont que sagesse, les humains ne sont qu’en visite ici. Nous croisons souvent les habitants de l’île en train d’observer le lac, preuve que même en habitant sur place, ils ne se lassent pas du paysage.
Ile-d-Olkhon-Russie 9221Entre les balades, le bania (sauna russe), les jeux, et les rencontres, le temps passe si vite que 3 jours après notre arrivée, les enfants nous supplient de prolonger notre séjour.
DSCF4384Nous décalons vite toutes nos réservations suivantes (pour une fois que nous étions des parents responsables et organisés, et que nous avions réservés tous les transports et les hébergements pour les étapes suivantes), et décidons  de rester 3 jours de plus chez Nikita.
до свидания (da zvidanyé)

LE BLOG DES ENFANTS :

Bonjour les grands,
Ile-d-Olkhon-Russie 9088Moi, le Baïkal, j’aime pas. On peut même pas s’en servir comme baignoire (c’est gelé), et puis j’ai vachement mal aux dents. En plus, depuis que l’on est ici, moi je veux profiter de mes parents jour et … nuit, et ils sont pas compréhensifs.
Bises comme je peux, je suis de très mauvaise humeur à cause de mes dents.  Circé


Olkhon- Ba ba ba ba Baïkal, cette fois on y est !!!

Coucou tout le monde,
On a pris un bateau pour traverser le Baïkal pour rejoindre l’île d’Olkhon.
DSCF4299
Quand on est arrivé, on a pris un bus pour aller a la capitale de l’île d’Olkhon, il y a 1500 habitants, il n’y a que des maisons en bois aucune en brique, même l’école est en bois. L’hôtel, il est trop bien, il y a une salle de jeux pour les enfants, il y a des lapins, il y a Victoria, j’arrose les plantes avec elle.
Je m’amuse trop bien ici, et le Baïkal, c’est la plus belle chose qu’on ait jamais vu depuis le début du voyage. Il y a des couchers de soleil, magnifique, l’eau n’est jamais la même chaque jours, il y a des balades merveilleuses à faire à la tombée du soir, et la journée aussi, on a une chambre avec vue sur le Baïkal.
Ile-d-Olkhon-Russie 9268On a fait du cheval, j’avais un grand mais j’ai pas pu le guider, c’est le monsieur qui m’a tiré, le cheval de maman, il est parti à fond, Aliénor elle était bien sur son cheval, on a vu une petite plage, elle était trop belle, l’eau elle était transparente. J’ai bien aimé.
IMGP6197IMGP6217
Le Baïkal est le lac le plus  profond du monde, c’est impressionnant.  Les gens qui font de la plongée dans le Baïkal c’est des fous.

Il y a parfois la brume, on ne peut pas voir l’autre rive, avec les montagnes enneigées.

On a rencontré Ethel, elle a 21 ans, elle fait des cours de français à Nikita, le proprio de l’hôtel, il est gentil.

Je veux rester ici toute la vie, mais papa et maman ils veulent pas. Le village il est super calme, il n’y a que les enfants dans les rues. Un jour, je me suis fais des amies russes, on est allés en foret ensemble, on a vu de la neige, c’était cool.
DSCF4490

L’ARTICLE DE TEX :

Les izbas

Les izbas sont les maisons traditionnelles russes, elles ressemblent à des chalets.
Ile-d-Olkhon-Russie 9139Elles sont faites de grosses poutres de bois. Les poutres sont encastrées entre elles, et pour boucher les trous que les poutres forment, des cordes épaisses font l’affaire. Les izbas ne sont constituées généralement que d’un seul étage (Rez- de- chaussé plus un étage). Les izbas sont peintes avec des décorations vives, comme des fleurs ou des courbes, c’est de ces dessins que sont faits les encadrements de fenêtres ou de portes. Les couleurs sont gaies, du blanc au bleu. Nous étions à Irkoutsk dans un quartier où il n’y avait que des izbas. Nous logions dans une ancienne izba, rénovée en hôtel.  Il est très agréable de se balader dans le quartier, le calme règne.

Voilà, bises Tex.

 

Repost 0
Published by Les Billauts - dans Russie
commenter cet article
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 07:23

Здравствуйте (zdravstouityé)
Après nos quelques jours à Ulan Ude, nous reprenons le train pour la suite de notre parcours le long du transsibérien. Pour une fois, nous dérogeons à notre règle d’essayer de voyager au maximum de nuit (ce qui nous permet d’économiser des nuits d’hôtels). Nous voulons effectuer le trajet entre UU et Irkoutsk de jour, car la ligne du transsibérien longe LE Baïkal.
DSCF4042Pour une fois la provodnista est super sympa (enfin jusqu’à ce que Cyriaque lui éteigne l’aspirateur pendant qu’elle faisait le ménage et qu’il marche sur le tuyau du même aspirateur), nous nous installons dans notre compartiment, et nous calculons de quel côté devrait nous apparaître le lac. Ulan Ude est à environ 70 km du Baïkal, et rapidement nous scrutons le paysage, les cous se tordent pour être le premier à le voir.
Transsiberien-2-Ulan-Ude-Irkoutsk--Russie- 8884Après quelques fausses joies, nous voyons au loin une ligne bleutée et blanche qui nous intrigue. Le Baïkal nous réserve deux émotions, l’une pour sa beauté fabuleuse, l’autre car la partie que nous longeons est encore prise par les glaces. Pas grand-chose à raconter car nos descriptions seront fades et les photos ne reflètent que pauvrement la majesté de ce lac. Dieu sait que pourtant nous avons des lacs magnifiques par chez nous, mais là nous sommes tous les 5 saisis.

DSCF4079Transsiberien-2-Ulan-Ude-Irkoutsk--Russie- 8902Transsiberien-2-Ulan-Ude-Irkoutsk--Russie- 8948
Après 8 h de trajet, le train arrive à Irkoutsk où nous nous vautrons dans la facilité puisque notre hébergement est déjà réservé et que la propriétaire de la pension vient nous chercher en voiture à la gare. Elle tique un peu en nous voyant tous avec nos bagages mais on ne lui demande pas son avis et nous nous entassons dans sa voiture. La Russie nous a réservé une nouvelle surprise en matière de conduite : les Russes roulent à droite (rien de bien original) mais avec des voitures dont certaines ont le volant à gauche (toujours rien d'original), et la grande majorité ont le volant à droite. Ce sont des voitures japonaises. Donc, on ne sait jamais de quel côté monter dans les voitures et on se demande comment ils n’ont pas plus d’accidents. En tout cas, après 12 mois de voyage, on aura tout vu en matière de conduite, et vu qu’on n’a pas tenu de volant depuis un bon moment, je ne suis plus trop sure de savoir conduire au retour.
Irkoutsk est à 70 km à l’ouest du Baïkal, c’est une ville d’environ 600.000 habitants, mais toujours aussi calme que les autres villes de l’est de la Russie.
Comme dans UU, les édifices type art déco et les bâtiments récents côtoient les isbas. Les gares sont souvent très belles et ouvragées.

Transsiberien-2-Ulan-Ude-Irkoutsk--Russie- 9032

Nous voyons à Irkoutsk beaucoup de misère et des SDF, qui font les poubelles le soir pour faire de la récup et qui vivent dans les caves des maisons. Il y avait longtemps que nous n’avions plus vu autant de SDF, triste signe de notre retour vers l’occident ?
Nous ne restons que deux nuits à Irkoutsk, qui n’est qu’une étape avant notre séjour au lac Baïkal. Donc notre journée se passe surtout à faire des provisions et à préparer notre séjour sur l’île d’Olkhon.
до свидания (da zvidanyé)

ps : plus de photos dans l'album transsibérien 2


LE BLOG DES ENFANTS :

Coucou les grands,

Ils en font des histoires pour un peu d’eau avec des glaçons, je la ramène pas autant avec mes baignoires. D’ailleurs, à ce sujet, Irkoutsk, j’ai aimé car il y avait une vraie baignoire dans la pension, ça me change de ma baignoire molle.
DSCF4065Depuis que nous sommes en Russie, les gens en uniforme vérifient souvent mes papiers pour voir si c’est mes vrais parents.

DSCF4190Bises à vous, Circé

 

Coucou tout le monde,

On a fait le trajet U-U Irkoutsk, on l’a fait de jour car on longe le Baïkal et c’est vraiment magnifique.

On a vu la partie avec la glace sur le lac, c’était très beau, la neige était en train de fondre.

DSCF4093Ensuite, la partie sans la glace, l’eau était turquoise et transparente, on voyait les galets au fond de l’eau. Cette partie était aussi très jolie, on voyait les montagnes avec de la neige dessus, c’était beau,

Transsiberien-2-Ulan-Ude-Irkoutsk--Russie- 8980Cette fois on avait une gentille provonitsa.

Le Baïkal, c’est merveilleux, vivement qu’on soit sur l’île d’Olkhon. A Irkoutsk, on a trouvé un super hôtel, avec une douche de luxe, ce que on n’avait pas eu depuis longtemps, il y avait la musique, la lumière bleue, les massages, et Circé, bien sûr était très contente de se baigner dedans. 

Les gens de l’hôtel sont super sympa, on a vu un anglais qui voyageait, il était gentil.

IMGP6091On est allé se balader, il y avait des jolies églises avec beaucoup de couleurs, la gare aussi était très belle. Elle était verte et jaune.

Le trammoué, il date de l’époque de Charlemagne, il est tout cassé et il fait plein de bruit, on est super secoué.

On va à l’île d’Olkhon, ça va être super, je sens qu’on va bien s’amuser là-bas.

Bisouuuuus d’à coté du Baïkal, Tex

 

 

Repost 0
Published by Les Billauts - dans Russie
commenter cet article

Un an de vadrouille en Asie

Un petit site sans prétention pour pouvoir garder le lien avec la France pendant notre périple et pourquoi pas ... vous donner envie de nous rejoindre !


Articles Par Pays